Entretien avec Julian White, gaffer, sur son utilisation du Big Eye dans le nouveau film de Kenneth Branagh - Murder on the Orient Express

Quand avez-vous "rencontré" le Big Eye ? Sur quel film ?

Nous avons d’abord utilisé le Big Eye sur Cendrillon en 2014.
C’était très efficace !
Une de nos références en préparation était un photographe de photos de l’époque d’Hollywood, George Hurrell. Ses portraits de Marlene Dietrich, Bette Davis et bien d’autres acteurs classiques avaient une forte lumière avant qui bien que belle et dramatique de nos jours est un regard assez ordinaire. C’est une manière délicate d’éclairer quelqu’un qui peut être très flatteur mais contre intuitif car une lumière douce est toujours préférée.
Une de nos principales préoccupations était de savoir quel appareil utiliser.
Après quelques recherches à Los Angeles sur les luminaires vintage de Mole Richardson et Warner Brothers (à savoir le Bug Eye 10kw et de grands Fresnels), nous avons décidé d’utiliser un objectif de grand diamètre et une source plus petite pour maintenir une sorte de lumière douce qualité légèrement plus agressive.
J’avais vu le Big Eye de K5600 lors d’une foire commerciale il y a des années et bien qu’inhabituel, il semblait que ce soit le luminaire parfait.
Tous les anciens appareils que nous avons examinés étaient incroyablement lourds et encombrants, car l’isolation thermique a créé une unité beaucoup plus grande que nécessaire. Nous avons également trouvé difficile de trouver des appareils qui ne contenaient pas d’amiante ou qui devaient être rénovés.
Il n’était pas facile de se rapprocher ou d’être au-dessus de la caméra rapidement ou efficacement et l’ampoule plus petite aurait besoin d’une certaine adaptation pour l’obtenir au centre de l’objectif. C’est devenu un peu un problème.
Le Big Eye a résolu tous ces problèmes.

Qu’est-ce que vous aimez à ce sujet ?

Le Big Eye a une qualité de lumière très agréable et tout à fait unique car il a un grand diamètre (acrylique) avec une petite ampoule (400 / 800w). C’est une lumière inhabituelle en soi, mais nous l’avons déjà utilisée sur deux films pour des gros plans et ça a été fantastique. La plupart des lampes de cette taille ont une ampoule 10 fois plus brillante et doivent être gradées ou amincies avec des couches de correction de couleur ajoutées pour l’adapter à nos besoins.

Quels sont les avantages uniques ?

C’est une petite unité relativement légère avec un boîtier de base recouvert de néoprène. En substance, c’est une lentille et une ampoule. La mise au point est simple et a très peu de parties pour se tromper. Il est facile de s’adapter.

Comment l’utilisez-vous ?

Nous le ferions toujours à côté de la caméra ou juste au-dessus comme un classique ou légèrement en haut selon l’acteur.
Habituellement manipulé sur un bras de boom ou un petit stand.
Soit en utilisant un luminaire de lumière du jour ou de tungstène, nous ajouterions une fine couche de mousseline ou d’opale non blanchie et 1/4 CTS.

Quel autre produit K5600 utilisez-vous ?

J’aime beaucoup la gamme Alpha car le design est unique avec de multiples usages. Ce sont de plus petites unités intelligemment conçues qui peuvent être facilement montées dans différentes positions serrées et qui ont une grande qualité de lumière. Sur le film de Ridley Scott "The Martian" nous avons utilisé l’Alpha 18Kw pour projeter une lumière à travers le centre de la fusée d’évacuation dans le dernier acte. Comme unique, il peut être dirigé vers le bas sans fondre soi-même, c’était ma première escale. Ça a marché un régal.