Ed Moore

“Lors de la préparation de la nouvelle série comédie dramatique, Common People, pour Sky Atlantic HD, je savais que j’aurais besoin de quelque chose d’un peu spécial concernant l’éclairage, afin d’obtenir le rendu de qualité que je souhaitais, tout en respectant les contraintes de temps et de budget. La série de 10 épisodes se passe entièrement dans le quartier de la gare de Clapham Junction de Londres, et beaucoup des lieux choisis étaient un véritable challenge en termes d’espace. Il était clair dès le départ que je n’allais pas avoir de grandes pièces, ni de belles lumières indirectes : de fait, toutes les lumières douces allaient devoir provenir directement des appareils en eux-mêmes, et de leurs accessoires compacts. De même, il n’était pas pratique de prendre en plus du camion lumière un camion pour un groupe électrogène, donc je voulais autant que possible utiliser le secteur (garer une unité complète de tournage dans les rues encombrées de Clapham n’est pas une chose aisée !) Par chance, je suis depuis longtemps en relation avec l’équipe de LCA, qui a la réputation de présenter les produits les plus innovants et les plus modernes du marché de l’éclairage. Ayant testé et manipulé les produits de la gamme K5600 lors de salons, il me semblait que cette production était une chance de tester les produits en situation. LCA m’a alors mis en relation avec la formidable société de location Pixi Pixel (Londres), qui fait preuve d’un réel enthousiasme pour des produits innovants, et qui propose toute la gamme des produits K5600.

Nous avons fini par prendre un package qui se composait de 3 Alphas 4K et 7 kits Joker Bug 400/800, avec tous les accessoires possibles pour travailler la lumière. Par habitude, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre en plus un package Kino Flo et un packageTungstène, mais sincèrement, les produits K5600 ont éclairé 95% des scènes de cette série. J’ai à peine utilisé les autres produits. Pour moi, le mot clé qui caractérise ces produits est la polyvalence. Avec les Jokers, je pouvais mettre une tête dans une Chimera Pancake, ce qui donnait une lumière douce, venant du dessus. Une autre tête dans une découpe Source 4 et j’obtenais une projection très facilement contrôlable avec des gobos sur différents fonds. Ou alors je pouvais mettre une tête dans l’un des superbes Softubes (je trouve cet accessoire incroyablement utile : leur taille les rend parfaits pour les cacher selon les lieux tandis qu’ils fournissent une bonne qualité de lumière. De même, ils paraissent assez naturels si ils entrent dans le champ par réflexion. On peut en utiliser un autre directement avec le beamer ou avec l’une des lentilles PAR. Et avec les 7 kits dans le camion et un peu de tous les accessoires proposés, il n’y a eu que peu de situations pour lesquelles Mel Hayward (le gaffer) et moi n’avions pas l’outil parfait pour travailler. Le rendement de ces appareils est très impressionnant pour des 400 et 800w HMI ; de plus, les ballasts sont très compacts. Et bien sûr, il est facile de brancher plusieurs ballasts dans une prise domestique sans risquer la saturation. Ils sont très légers et petits, ce qui offre différentes possibilités pour les mettre en place. J’ai hâte de pouvoir utiliser la nouvelle version en 1600w.

Les Alphas 4K (que l’on a parfois utilisés en 2.5Kw) étaient tout aussi impressionnants à une autre échelle. Ils sont très compacts et solides, comparés aux 4K « “classiques”, et contrairement à eux, ils peuvent s’utiliser dans toutes les positions, même en douche si vous en avez besoin. De par leur taille réduite, nous pouvions les insérer dans des endroits qui auraient demandé des heures de montage et une artillerie de grip. Nous avons utilisé un petit groupe électrogène Honda 6K, ce qui m’a permis d’alimenter le 4K où que nous nous trouvions. Pour les jours où j’avais besoin d’alimenter les 3 Alphas en même temps, nous avons pris un groupe plus puissant. Nous avions une Octaplus 5 spéciale Alpha 4, qui avait une profondeur de 70 cm, de l’arrière du projecteur jusqu’à la toile frontale de la boîte à lumière. Cela a créé une belle source de lumière avec assez de punch pour équilibrer avec l’éclairage des fenêtres. Le Spacebeam, qui permet de refocaliser la lumière en un faisceau serré et puissant nous a sauvé pour un plan en ralenti où deux personnages discutaient dans une longue rue pavée. Avec la puissance de l’Alpha 4 à travers la lentille du Spacebeam j’ai pu obtenir assez de lumière pour éclairer en réflexion les deux personnages du début à la fin.

Les kits K5600 sont un peu plus chers à la location qu’un équipement traditionnel HMI, mais je pense que la polyvalence qu’ils apportent compense largement. Plutôt que de disposer d’un camion de 12 tonnes, rempli de projos, dont la plupart ne seront quasiment jamais utilisés, nous avions un camion de 7 tonnes, et nous avons utilisé presque tous nos projecteurs. Grâce à la multitude de façons de les utiliser, cette solution est bien plus rentable que ce soit pour moi, l’équipe électrique et machino ou la production. Au bout du compte, tous les DP aiment à penser qu’ils sont jugés sur leurs images, mais en fait, ils le sont surtout sur la vitesse et l’efficacité avec laquelle ils les produisent. Pour moi sur ce tournage, au rythme moyen de 9 pages de scénario par jour, les kits K5600 m’ont permis d’avoir un effet plus sophistiqué et luxueux en un temps limité. Je ne pouvais pas demander plus !”